Sexualité sacrée

Sexualité sacrée, c’est quoi ?

 

Sexualité sacrée, divine, consciente, spirituelle. Qu’est-ce que c’est ?
Le concept de sexualité sacrée fait beaucoup parler, et pour cause, elle serait une porte vers la lumière, le Divin,
la Transcendance !
La sexualité tantrique, souvent associée à la pratique du néo-tantrisme en Occident, est l’un des 163 préceptes du Tantra, ou tantrisme.

Virginie Luz Rastello et Xavier Favaro, tantrika et fondateurs d’Équinoces Tantra, nous éclairent sur le sujet grâce à leur expérience.
Interview.

Stage Tantra EquiNoce


Avant toute chose, il convient de mettre en lumière la notion de « sacré ». Quelle est votre vision, votre approche du terme sacré ??

 

Virginie Luz Rastello : Pour moi, tout ce qui respecte les lois du vivant est sacré.

Xavier Favaro : Dans le sacré, il y a quelque chose de transcendant. Quelque chose au-dessus du « récipient » dans lequel nous nous trouvons, une connexion globale à tout ce qui est. On touche à la transcendance.

 

La sexualité sacrée, selon vous, c’est quoi ?


Xavier Favaro
 : Si on met de la conscience, de l’émotion et que l’on est capable de voir au-delà du Moi, il peut se passer quelque chose de différent, de l’ordre de la reliance à plus grand que soi. Lorsque l’on parvient à aller au-delà du visible, des apparences, du matériel, du corporel, on parvient à transcender la réalité dans laquelle on se trouve, c’est la Transcendance !

Nos corps sont des outils, des instruments, des canaux qui nous donnent la possibilité de naviguer vers une dimension nouvelle, immatérielle. Comprendre que nous ne sommes pas qu’un corps mais qu’au travers de nos corps vont se rencontrer les énergies féminines, masculines, les énergies vitales (Kundalini).

Ces énergies, si on leur donne une place, une caisse de résonance, alors peut-être qu’une porte vers la lumière peut s’ouvrir. Et ça c’est l’extase divin, cosmique, le grand Tout, la Transcendance. On transcende notre réalité physique et matérielle.

Pour moi c’est ça la sexualité sacrée, c’est dépasser sa corporalité pour aller se rencontrer sur des vibrations plus hautes. La rencontre, et particulièrement la rencontre des corps, est une opportunité de rencontrer le divin. A cet instant, il n’y a plus d’espace-temps, il y a dissolution totale.
Si nous utilisons notre énergie sexuelle pour accéder à cet endroit, à cet ailleurs, alors on peut l’appeler sexualité sacrée.

Je pourrais parler de sexualité consciente, mais pour moi, la sexualité sacrée va plus loin. La sexualité consciente, c’est une sexualité du ressentis de chacun, ressentis des corps, des sensations, des émotions, la perception des corps se mettent à danser. Lorsqu’elle est consciente, la sexualité est déjà géniale !

Mais pour moi, la sexualité sacrée va au-delà. On va encore plus loin. Il n’y a plus d’ajustements, de toi, de moi mais il y a quelque chose d’énergétique qui se passe. On dépasse la dimension corporelle, on touche à l’éveil, le Samâdhi s’invite.
La conscience n’a même plus sa place à cet endroit, peut-être qu’il en reste quelque chose, une sensation, une vague perception du Moi.

Pour la sexualité sacrée, c’est cette opportunité qu’offre le Tantra de tenter le coup. Comme en méditation, on se lance, on tente le coup et on voit vers quel dimension on va évoluer, peut-être l’illumination.
Ce que la sexualité sacrée propose, c’est une rencontre corporelle, génitale ou pas, des échanges et des pratiques énergétiques, pour ensuite mettre cette énergie sexuelle qui nous habite au service de la rencontre avec le Grand Tout, le Divin, l’Extase ! C’est la rencontre du sexuel et de la spiritualité.

 

J’ajouterais aussi, à propos du Tantra, que les gens se questionnent beaucoup sur la question de la nudité. Y-a-t-il nudité ou pas ? En réalité la vraie question n’est pas là. La vraie question est de savoir s’il y a intimité ou pas.
La nudité, ce n’est pas l’intimité.
Pour moi, la génitalité c’est la nudité, et l’intimité c’est l’amour.
« L’intimité, c’est quand je reçois les pleurs, ton cœur, lorsque tu t’ouvres à moi et que je m’ouvre à toi».
Là oui, il y a intimité, il y a rencontre, il y a de l’amour.

 

Virginie Luz Rastello : pour cheminer vers une sexualité sacrée, il est essentiel de sortir de la notion de performance. D’arrêter de chercher à atteindre un but ou une destination finale qui serait l’orgasme et que l’on associe à l’éjaculation (précisons que l’orgasme est possible sans éjaculation !).
Se détacher du « projet » de la sexualité et de la génitalité.

Pour moi la notion de préliminaires n’a aucun sens. Les préliminaires commencent dès le matin au réveil avec un geste, une tasse de café, un regard, une attention, et se poursuivent tout au long de la journée. Tous les actes de bienveillance et d’amour susceptibles d’ouvrir le cœur sont des préliminaires. En réalité, nous faisons l’amour tout le temps. Danser, rire, chanter, c’est faire l’amour.
Et de temps en temps les corps se rencontrent.

Il faut donc sortir de la performance, de l’orgasme à tout prix, du fait que la rencontre doive forcément être génitale, d’attendre de l’autre qu’il nous donne du plaisir ou nous fasse jouir.

Pour moi la sexualité sacrée, c’est partager avec l’autre le plaisir que je ressens. « Je m’offre à toi dans tout ce que je suis et je m’accueille dans ce que je suis ».
C’est la vie qui circule entre toi et moi. Je suis reçue dans tout ce que j’ai à t’offrir et je te reçois dans tout ce que tu as à m’offrir. C’est cette magie qui circule, l’alchimie de la rencontre, qui n’a aucune destination, aucun but. C’est une détente profonde, une rencontre à laquelle nos corps participent.

Faire l’Amour avec la Vie ! C’est ce que le Tantra me révèle chaque jour et de façon quasi permanente. Apprenons à faire l’amour avec la vie, quoi qu’il en soit et peu importe les circonstances !

 

Dans la pratique, comment apporter une dimension sacrée à la sexualité ?


Virginie Luz Rastello
 : la première des choses est de RALENTIR. Prendre de le temps de sentir déjà, de se sentir. Quand je me sens, quand je m‘écoute, je sens mon désir, je sens mon oui, je sens mon non.
Je prends mon temps. Prendre le temps de la rencontre avec soi et avec l’autre.
Ralentir dans les gestes aussi. Prendre le temps d’aller jusqu’au bout des gestes, prendre le temps de sortir de cet « enchaînement obligé ».
Ralentir pour se laisser emporter par ce qui est vraiment présent, vivant, vibrant à ce moment-là et faire avec ce qui est là.

Le second aspect très important pour moi, c’est la communication. Dans un couple, la communication est primordiale. J’accompagne beaucoup de couples dans leur sexualité où il n’y a plus de plaisir et/ou de désir. La plupart du temps, il n’y a pas ou plus de communication. L’un et l’autre ne communique pas leurs envies, leurs demandes, ce qu’ils aiment ou n’aime pas, il n’y a aucune verbalisation.

La pratique du bossy massage, que l’on enseigne dans nos stages de tantra, peut être très utile dans ces cas-là. Durant 15-20 minutes, c’est le massé qui dit à son partenaire ce qu’il souhaite, comment il/elle a envie d’être touché, là où il/elle en a besoin, ce dont il/elle a envie, là où c’est bon pour lui/elle, combien de temps, etc.
Cette pratique est très intéressante. C’est un très bon exercice pour les deux partenaires, pour le massé notamment. Savoir ce que l’on aime et ce dont on a envie n’est pas toujours facile. Il s’agit ici de se connecter à soi et d’ être au clair avec soi-même en se demande « de quoi ais-je envie ? », « qu’est-ce qui est bon pour moi ?».
Cela permet aussi de lever certaines limitations, par exemple la peur de dire ou d’imposer à l’autre ce que l’on aime.

Et lorsque l’on a pas le temps, dans un quotidien par exemple, j’insiste beaucoup sur le fait de marquer des transitions. Allumer une bougie, se regarder et se demander avec quoi l’autre arrive, c’est déjà marquer une transition permettant de faire une pause dans le quotidien.

Chez les femmes notamment, dans un quotidien familial et professionnel, il n’est pas rare que l’on fasse la liste des courses lorsque on fait l’amour (je caricature à peine !). Notre mental nous emmène vers d’autres choses car on a pas eu cette transition, cette rupture avec le quotidien qui permet de ralentir et de se reconnecter à soi. Il est primordial avant l’acte de déposer ce que l’on a, afin de s’accueillir et d’accueillir l’autre et que l’autre nous accueille aussi tel que l’on est.

On peut aussi se rendre plus disponible pour ce moment grâce à des petits rituels, des gestes simples, même aussi simple et rapide que celui d’allumer une bougie, changer de vêtements, prendre une douche, mettre un peu de parfum, choisir une playlist…


Xavier Favaro
: je suis évidemment d’accord avec Virginie sur le fait de ralentir. Et ce n’est seulement le fait de ralentir, c’est l’intention que l’on va y mettre : comment je me mets dans mon plein ressenti ?
Dans la sexualité notamment, plus je vais vite et moins je ressens. Il faut vraiment avoir envie de ralentir, poser une intention et y mettre du cœur.

Et puis pour moi il y a la question du regard. C’est très important de pouvoir se rencontrer dans le regard de l’autre, de déposer (en silence ou pas) ce qui est présent et entrer dans une respiration pleine et conscience, pourquoi pas en instaurant une cohérence cardiaque, pour réellement voir et écouter ce qui est déposé. Pour moi la qualité de rencontre se fait d’abord par le regard.
«Je te vois, je te reconnais, je te salue», c’est le fameux salut tantrique.
C’est regarder l’autre avec les yeux du cœur en réalité !

Il n’y a pas de guide pratique pour vivre une sexualité sacrée, mais il y a des éléments de pratique qui soutiennent. La question du regard, de la lenteur, de la respiration, de se poser dans son corps pour écouter ses ressentis font partis de la rencontre sacrée.

Il y a aussi des méditations très puissantes. Par exemple la méditation du sexe au cœur ou encore prendre le temps de masser l’autre, faire monter l’énergie, se mettre en mouvement l’un et l’autre, peut-être danser, mettre en mouvement les corps.

La pratique tantrique, c’est aussi la fête des sens, il est donc important de préparer un espace propice à l’éveil des sens. Préparer son environnement est déjà un pas vers une sexualité conscience.

Créer l’ambiance où l’on va se rencontrer avec une lumière tamisée, une bougie, de l’encens, du chocolat, du champagne par exemple.
Avec quelle intention je viens. Comment j’accueille mon temple, celui de l’autre, comment je crée un temple commun pour accueillir nos deux temples…
(Si j’ai un emploi qui me plait mais que l’environnement n’est pas agréable, cela ne n’est pas propice à mon épanouissement. Il en va de même pour le sexe.)

Il y a aussi la question du déshabillage ou de l’effeuillage… Il m’arrive de demander aux couples que j’accompagne ; avez-vous déjà pris le temps de vous déshabiller ? Vraiment, en prenant le temps, en se regardant, dans un effeuillage/effleurage doux et sensuel, en conscience, en écoutant le cœur ? La plupart du temps, les partenaires ne prennent pas le temps, et pourtant, cela marque une belle transition et promesse d’une belle rencontre…

 

Voir la vidéo de Virginie et Xavier « Tantra, Polarités Féminine & Masculine »

 

Retrouver tous leurs stages de tantra d’Equinoxes Tantra :

Stages de tantra mixte et couple

Stages de tantra hommes avec Xavier Favaro

Stages de tantra femmes avec Virginie Luz Rastello

 

Autres liens utiles :
Qu’est-ce que le tantra ?
Le Masculin Sacré
Faire un stage de Masculin Sacré 
Le Féminin Sacré
Commandez un oeuf de yoni
Faire un stage de Féminin Sacré

Découvrez tous les stages de tantra 
Toutes les vidéos et podcast sur le thème du tantra

Centre de préférences de confidentialité
      Necessary

      Advertising

      Analytics

      Other

      commodo efficitur. felis risus. Donec ante. libero.