Neo-Tantra article Tantrissime

 

 NEO-TANTRA, LE CORPS AU CŒUR DE LA PRATIQUE TANTRIQUE

 

 

Le neo-tantra est le Tantra tel que nous le connaissons en Occident. Introduit en France par le maître Tantra Osho, le neo-tantra se caractérise par l’intégration du corps et du sexe dans le cheminement spirituel.
Considérant la sexualité – sacrée – comme une porte vers l’extase et l’expansion de conscience, l’école néo-tantrique enseigne la (re)connexion Corps/Âme/Esprit pour cheminer vers l’éveil. La respiration, la danse, le massage et la méditation sont autant d’outils thérapeutiques utilisés lors des stages de Tantra pour libérer nos vies du poids des conditionnements, des dogmes, des croyances, des tabous… Pour permettre aux Êtres que nous sommes, d’« ÊTRE » justement !

 

Barbara Lepesant & Laurent Fontaine
Barbara Lepesant & Laurent Fontaine

 

Barbara Lepesant et Laurent Fontaine, fondateurs de Padlam Tantra, incarnent et revendiquent cette approche néo-tantrique, résolument axée sur le travail du corps. Corps qui est le réceptacle de toutes nos expériences, qu’elles soient de nature physique, psychique, énergétique, émotionnelle ou spirituelle. Et exploration totale et complète de ce corps passe par la prise de conscience que celui-ci est doté… d’un sexe ! Et ce sexe a plusieurs fonctions, dont celle de nous connecter à la vie par la procréation et de stimuler notre l’énergie vitale (énergie sexuelle ou Kundalini).
Le tantrisme lève le voile sur les normes sociales et les tabous autour de la zone génitale. « Le Tantra est une des seules voies de développement personnel où le sexe est inclu», précisent Barbara et Laurent.
Il nous en disent plus dans cet article.

 

 

Le tantra (ou neo-Tantra) peut-il nous reconnecter à notre corps ?

 

Barbara Lepesant : Oui ! C’est dans notre corps que tout commence, à notre naissance, et que tout se termine, en passant par toutes nos expériences. Ce corps qui est le temple de notre incarnation et de notre vie. Et pour honorer ce corps, il y a le Tantra ! Il est également un formidable outil pour notre propre guérison et notre évolution personnelle.
La voie tantrique – qui est une voie d’évolution – propose un certains nombres de pratiques et d’exercices qui favorisent ce retour aux corps et à tout ce qui peut s’y passer. C’est à travers et grâce à notre corps que nous vivons nos sensations, nos émotions, nos ressentis et nos pensées.

Laurent Fontaine : Fondamentalement, le tantra c’est d’abord des pratiques. Des pratiques telles la danse, la méditation active, le  toucher et le massage qui offrent la possibilité de décupler et d’affiner le contact avec soi-même et avec son corps. L’intérêt de ces pratiques c’est l’incarnation, l’intégration par l’expérimentation.
Cela permet également une reconnexion profonde avec nos deux polarités, féminine et masculine.
La pratique tantrique va permettre à certaines parties du corps de se relier entre elles, c’est passionnant ! Le fait de se reconnecter au corps et de reconnecter certaines parties du corps entre elles nous donne à nouveau accès à nos émotions et à notre esprit. C’est une « réintégration » totale de notre être.

Barbara Lepesant : Cette reconnexion corporelle intègre également des pratiques de « contemplation ». Être en contact ou en interaction avec le corps des autres, à l’occasion d’un massage par exemple, permet d’observer et de contempler d’autres corps. Non pas être dans la comparaison mais dans la contemplation. Grâce à cela, nous pouvons appréhender le nôtre d’une nouvelle manière. Cela permet d’avoir conscience que tous les corps sont différents, spécifiques et ainsi accepter plus facilement le nôtre. La reconnexion au corps passe évidemment par l’acceptation de ce dernier, tel qu’il est. Certaines personnes y sont connectées, mais elles le sont d’une manière dénigrante, brutale ou dure. La pratique tantrique permet de s’y reconnecter différemment, avec bienveillance, gratitude et fierté.


Laurent Fontaine
: Nous nous construisons dans le regard des autres. Il y a certes la conception que nous avons de notre corps, de l’intérieur, mais la perception extérieure de notre corps elle passe beaucoup par la façon dont nous sommes regardés et dont nous regardons les autres.
Et puis il y a le tabou des sexes. Dès le plus jeune âge, nous sommes désireux de découvrir le sexe des autres. Les enfants s’observent et constatent les différences de sexe, c’est un apprentissage. Toutefois, cette manière de faire et d’analyser n’est pas toujours pratiquée dans la bienveillance et l’amour et cela va éventuellement conditionner le rapport que l’on a avec notre corps. Conditionnement qui nous poursuivra jusqu’à l’âge adulte !
Le Tantra est un magnifique outil de déconditionnement.  Regarder mon corps, celui des autres, leurs sexes… et alors ? C’est quelque chose de tout à fait normal !

La pratique tantrique permet-elle de décupler nos ressentis ?

 

Laurent Fontaine : Absolument. Le tantra, c’est de la pratique et des expériences. Lorsque l’on parle de ressentis ou de ressentir, ce sont surtout les énergies Yin (qualité de présence, de réceptivité et d’accueil) qui sont mobilisées. Ce sont ces énergies féminines – le « féminin sacré » – qui vont nous permettre de ressentir les choses profondément et intensément.
Il est très important d’être connecté à ses ressentis, car cela permet de se connaître soi-même. Qu’est-ce que je ressens quand j’ai envie de plaire à l’autre ? Qu’est-ce que je ressens lorsque l’on touche des zones de moi que je n’aime pas ? A l’inverse, qu’est-ce que je ressens quand on touche des zones qui me font de l’effet ? Etc.

 

Barbara Lepesant : La zone du sexe est une zone où il y a beaucoup d’interdits. De nombreuses personnes ne s’autorisent pas à ressentir et sont coupées de cette zone « taboue ».
Décupler, c’est ressentir mais c’est aussi ressentir plus profondément par le ralentissement de notre rythme.
Les énergies de réceptivité Yin dont parlait Laurent permettent d’accueillir les ressentis, mais aussi d’apprendre à faire circuler notre énergie. Lorsque nos sensations et nos ressentis sont décuplés, ils nous amènent à un autre niveau de perception, plus subtil, et à une nouvelle palette de ressentis. Cette expansion est autant accessible aux hommes qu’aux femmes, du moment où l’on est dans la réceptivité et la présence à soi.
Une fois que l’on accède à ces différents niveaux de ressentis –  qui touchent la sphère du corps, du psychique, des émotions, des énergies, de l’Esprit – on accède à une autre dimension, au grand TOUT !
Les plus aguerris vont pouvoir naviguer entre ces différents niveaux d’intensité.

 

Laurent Fontaine : Pour d’autres personnes, à l’inverse, il va être plutôt question de développer les perceptions subtiles que de décupler les ressentis. Je parle notamment des personnes en quête d’intensité. Ces personnes-là sont très présentes à leur ressentis. Mais lorsque l’on ressent ces sensations avec trop d’intensité et d’excitation, finalement, on n’accède pas à la dimension subtile qui nous mène à l’expansion et à l’extase de la voie tantrique.
En résumé, pour atteindre l’extase, les moins sensibles (les plus « déconnectés ») d’entre nous vont devoir cheminer pour décupler leurs ressentis.
Pour les hypersensibles (les « hyper-connectés »), le chemin consistera à faire baisser l’intensité des ressentis pour amener à plus de subtilité.
Dans les deux cas, être présent à ses ressentis conduit à une vie plus riche !

 

Le Tantra permet-il l’ouverture du cœur ?

 

Barbara Lepesant : Pour moi ce n’est pas la finalité dans la pratique du Tantra tel qu’on le propose. Et en même temps, c’est comme une porte indispensable qu’on a besoin de franchir. Pour moi, l’ouverture du cœur, c’est avoir accès à mes sentiments, à ce que je ressens, à ce qui se passe ici et maintenant.
Il s’agit aussi de s’ouvrir à l’autre, à l’expérience, à l’amour. Donner et pouvoir recevoir de l’amour. L’amour c’est un état indispensable pour pouvoir ensuite accéder à ses états d’ouverture, de sensation, d’extase voir d’expansion de conscience.
Les personnes coupées de leurs ressentis par exemple vont avoir du mal à s’ouvrir à l’amour. Il peut y avoir des peurs, de l’anxiété, un état fort d’insécurité, etc.
A l’inverse, ceux qui sont beaucoup dans l’intensité des choses sont peu présents aux autres.
Dans les deux cas, l’enjeux est de revenir à un état de présence à soi et de présence à l’autre. Le Tantra, en tant que voie d’éveil, nous donne les clés pour atteindre ce niveau de présence.

 

Laurent Fontaine : Le tantra peut être est un « entrainement » à l’ouverture du cœur, nécessaire pour atteindre cet état de « conscience/éveil/présence. »
Travailler à ouvrir le cœur ouvre une porte sur notre histoire personnelle, nos conditionnements sociaux, nos traumatismes, nos blessures, la tristesse, la honte… Quand on ouvre le cœur, on l’ouvre à tout et en cela l’exercice est intense et parfois douloureux !
Quand le cœur s’ouvre, nous sommes face à nos ressentis, nous nous rencontrons, nous rencontrons l’autre, la vie !
Le Tantra, comme d’autres disciples, nous enseigne comment ouvrir le cœur, à la différence que le Tantra reconnait le sexe et la sexualité dans ce processus. Nous sommes des êtres complets (parties intimes inclues), et le cœur doit pouvoir ressentir cette complétude pour s’ouvrir. Les zones dites intimes doivent être reconnues et gratifiées, au même titre que les autres zones du corps.
L’ouverture du corps est un processus. La délicatesse, l’intimité et l’amour qu’on trouve dans nos stages de Tantra par exemple permettent de se réapproprier notre corps, notre histoire, notre vie !

 

Barbara Lepesant : Je pense que plus nous forçons l’ouverture du cœur, moins il va s’ouvrir.
L’ouverture du cœur est un chemin de guérison, et on ne peut forcer cette guérison. L’ouverture du cœur n’est pas une performance et si on pose trop d’attentes, cela peut bloquer le processus. Il vaut mieux être dans la présence, la respiration, la détente et l’acceptation.
La pratique tantrique va permettre à cette ouverture de se faire progressivement, dans la sécurité, le relâchement, la confiance, la relaxation grâce également à l’amour du groupe. Quelque fois, il suffit d’un regard avec une personne pour que quelque chose se passe et que le cœur s‘ouvre !

 

Le Neo-Tantra prône une « sexualité sacrée ». Qu’est-ce que le Tantra peut apporter de plus ou de différent si je considère avoir une sexualité satisfaisante et épanouie ?

 

Barbara Lepesant : J’ai envie de prendre la métaphore du peintre ou du cuisinier. Ils savent assembler les couleurs ou les épices, ils maitrisent leur art.
Mais en même temps, il y a peut-être une manière différente d’assembler les éléments qui permettrait de développer une palette de couleurs, de sensations, des assemblages inédits pour accéder à d’autres ressentis, sensations. Cela permet d’emprunter des petits chemins et pas toujours l’autoroute.
Si je considère avoir une sexualité épanouie, cela n’empêche pas d’avoir envie de prendre d’autres chemins et d’être curieux. D’autant plus pour le couple, où le tantrisme permet de rompre la routine et d’amener une profondeur différente. C’est comme si on se redécouvrait et que l’on redécouvrait l’autre, c’est bluffant !
Ne serait-ce qu’un regard. Le regard est très important dans les relations et dans le couple. Si on regarde l’autre avec un regard nouveau ou avec les yeux du cœur, cela crée une connexion différente, plus profonde.
Même pour des personnes déjà épanouies en amour et dans leur couple, il est possible d’amener cette nouvelle dimension, de passer à un niveau supérieur en termes de ressentis, de sensations, de perceptions.  C’est comme si c’était une nouvelle déclaration d’amour !

 

Laurent Fontaine : Le Tantra apporte aussi une dimension spirituelle à la sexualité. Les personnes considérant être épanouies sont souvent dans une sexualité « génitale », et c’est très bien. Mais on peut aussi se demander comment mettre notre énergie sexuelle au service de la sexualité pour vivre des orgasmes différents, plus élargies, incluant le corps dans sa globalité et pas seulement les organes génitaux.  Ainsi, on accède à une dimension plus vaste, extatique !
La sexualité tantrique – sexualité sacrée- est très complète, on est dans les sens, dans la présence, dans la conscience. A travers les pratiques tantriques on peut accéder à des espaces différents de connexions, de perceptions, de ressentis… Il y a quelque chose de vaste, comme l’univers, c’est infini…

 

Retrouver les stages de tantra proposés par Padlam Tantra :

Ateliers tantra à Genéve
Ateliers tantra à Avignon

Autres liens utiles :
Qu’est-ce que le tantra ?
La sexualité sacrée
Tout sur le massage tantrique
Le Masculin Sacré
Faire un stage de Masculin Sacré 
Le Féminin Sacré
Faire un stage de Féminin Sacré
Oeuf de Yoni
Commandez un oeuf de yoni

Découvrez tous les stages de tantra 
Toutes les vidéos et podcast sur le thème du tantra